mercredi 8 août 2007

Mei Mei Lin : Le rêve dans le Pavillon Rouge

« Sans aucun égard à la rosée qui refroidissait sur la mousse, au vent qui fraîchissait dans les sentiers fleuris, seule, debout au coin du mur, dans l’ombre des floraisons, le cœur affligé de poignante tristesse, elle se prit à sangloter.
Or telles étaient les grâces et la beauté de cette soeurette, en son temps nonpareille au monde, qu’au premier de ses sanglots, qui l’eut cru, tous les oiseaux, jusqu’aux corbeaux qui, pour la nuit, s’étaient perchés sur les branches des saules ou sur les rameaux du voisinage, s’enfuirent, au loin, dans un grand bruit d’ailes, pour ne plus l’entendre pleurer. »

« Elle défit les vestiges de sa parure…Elle se tint longtemps adossée à la longue balustrade de son lit, les mains croisées sur les genoux, les yeux embués de larmes, comme sculptée dans le bois ou pétrie dans l’argile. »

2 commentaires:

NICOLE a dit…

je sais toujours pas créé de nouveaux sujets
alors j'écris cette info qui n'a rien à voir avec le sublime texte du REVE
Je vous demande toute votre indulgence...
mardi soir diffusion film chinois en VO
c'est gratuit et en plein air à 21h30
c'est 1 info de JULIETTE sur le forum de CHINAFI

Nicole a dit…

SUPER !

Je viens de voir se réaliser mon rêve un point rouge en asie !

ENFIN !

PS : et en + j'ai utilisé pas mal de mots contenus dans le titre du sujet n'est ce pas Mei Mei Lin ?

Car c'est bien toi qui est symbolisé par ce lointain point rouge tant désiré...