mardi 1 juillet 2008

Retour d'un voyage en Chine




Après une petite journée à Shanghai où j’ai le plaisir de revoir Eve, toujours aussi sympathique et dynamique, direction les montagnes Miao et Danian à 200 km au nord de Guilin.
Françoise m’attend sur le pas de sa porte pour me souhaiter la bienvenue.
La première partie du séjour me permet de retrouver de vieilles connaissances : l’institutrice Amélie qui chaque année me dit que je parais plus jeune que la précédente (encore quelques séjours et j’aurai 20 ans), la mémé qui nous prépare le bain yao aux plantes aromatisées qui fait des centenaires à ne plus que savoir en faire…Nous allons de villages en villages à travers les rizières. Sur les chemins des amies de Françoise nous offrent du maïs qu’elles font griller devant nous.

La seconde partie des mes vacances a un parfum d’aventure. Je dois me rendre, en mission spéciale, à Gaodiao, un village Miao, situé à plus de 100 km de Danian. Françoise m’avait prévenu que les routes étaient difficilement praticables. Mais rien ne devait nous arrêter : ni les chaos du chemin, ni les crevaisons. Arrivés dans une bourgade qui me fait penser à certaines villes que l’on voit dans les films sur la ruée vers l’or, la voiture refuse de franchir un ruisseau qui traverse la rue. Nous la garons et nous continuons à pied franchissant les rivières à gué, traversant les ravins sur des troncs d’arbres. Nous nous élevons dans un beau paysage de montagne. A la nuit, nous arrivons à proximité d’un premier village où nous attendent deux professeurs, sans doute depuis assez longtemps. Nous traversons le village, un des plus reculés qu’il m’ait été donné de voir. Françoise me dit qu’il en existe peu comme cela en Chine et, sans doute, pas pour longtemps. Mais nous avons encore du chemin. La nuit est tombée lorsque nous arrivons à destination. Nous sommes accueillis par le collège des professeurs qui nous préparent un repas que nous mangeons dans la cour de l’école, sous les étoiles.
Le lendemain, sur le chemin du retour, en essayant d’éviter les glissades, Françoise m’explique que dans cette région subsistent encore des coutumes anciennes que l’on retrouve dans les ethnies tibéto-birmanes. Ainsi après un premier mariage (sorte de fiançailles) la jeune épousée retourne vivre chez ses parents pendant 4 à 5 ans et peut encore se dédire ou encore le mariage entre cousins croisés (le garçon épouse la fille de son oncle maternel).
A loin, dans la vallée, nous apercevons une autoroute que l’on est en train de construire.

Le soir nous arrivons dans une charmante petite ville Zhao Xing. C’est un bel exemple de préservation du patrimoine culturel, pris en charge par les Dongs, une ethnie de la région.
Nous allons de tours en ponts couverts, dans la rivière les gamins se baignent nus. Enfin des maisons sans paraboles. Nous sympathisons avec le patron d’un bar qui nous montre de beaux livres consacrés aux minorités du Guizhou.
Après le repas, nous assistons à un sympathique spectacle de danses et de chants juste au pied de notre hôtel.
Le lendemain nous rentrons à Danian sur un sampan car la route est décidemment trop mauvaise.

A Shanghai, je suis très bien reçu par Stellar et sa famille. A l’occasion de mon séjour j’ai pu apprécier les liens qui se sont noués, grâce à Chinafi, entre Français et étudiants chinois qui s’efforcent de nous aider et de nous accueillir le mieux possible lorsque nous sommes dans leur pays. Avec Stellar, son père et son cousin nous faisons un tour de ville. C’est dimanche : tous les magasins sont ouverts et la nuit, de ma chambre, j’entends au loin le bruit des chantiers. Avant de rentrer une dernière visite à la Cathédrale Saint Ignace et au plus grand Temple Bouddhiste de la ville.

Dans l’avion qui me ramène en France, je songe qu’un voyage en Chine fait naître de nombreux sentiments contradictoires et s’interroger, par exemple, sur le double aspect du « progrès ». J’ai vu de beaux paysages traversés par des pylônes électriques, les signaux pour les portables envahissent les montagnes (c'est vrai, bien sûr, dans tous les pays mais en Chine peut-être encore plus qu'ailleurs), les paraboles fleurissent sur les toits des maisons des villages les plus reculés. Plus grave la culture des minorités est en voie de disparition, comme d’ailleurs certains aspects de la culture chinoise. L’amélioration du niveau de vie est-elle à ce prix ? Une prise de conscience des valeurs écologiques et culturelles aura-t-elle lieu ? C’est un vaste sujet qui pourrait peut-être faire l’objet d’un débat organisé par Chinafi.

Jean-Louis

8 commentaires:

le blog de chinafi a dit…

Jean-Louis,le retour ou Indiana Jones en Chine? C'est en tout cas un reportage passionnant et de superbes photos, merci de nous faire partager cette aventure et à bientôt.
Françoise

baixue a dit…

une sacrée aventure en effet ! un grand merci pour t'être rendu jusque là bas pour porter notre petit colis !
merci pour les photos également ! un vrai Indiana Jones c'est sûr !
Gwen

Nicole a dit…

EFFECTIVEMENT TRES BELLES PHOTOS

MERCI

GRANDE NOUVELLE : EVE EST A BORDEAUX

ET J'ESPERE BIENTOT A MARSEILLE

YOUPI!!!!!!!!!

Nicole

baixue a dit…

Eve est à bordeaux ?!!!
j'aimerai bien la voir,et aller boire un verre puisque je suis également à bordeaux pour quelques jours encore, mais je n'ai ni son téléphone ni son mail... avis à ceux qui pourraient me les communiquer
Gwen

Jacqueline a dit…

Normal, que tu rajeunisses, avec un bain de jouvence par an! Bravo pour le récit et bravo pour l'aventure. J'espère y retourner dans pas trop longtemps...
Junguilin

Anonyme a dit…

Super diaporama!!Bravo Jean-Louis !tu as fait exactement le voyage de mes rêves...Etre près des autochtones,de la nature, découvrir, partager...C'est ainsi que j'envisage mon 3ème (et peut-être dernier !??)voyage en chine.Encore merci pour ce moment de rêve..et à bientôt

NICOLE a dit…

mais pourquoi parler de dernier voyage ?

Anonyme a dit…

Je ne suis plus jeune comme toi...il faut être réaliste! mais il est vrai que s'il ne tenait qu'à moi, je serais toujours partie...en voyage!!
bzh (annie)