dimanche 14 décembre 2014

Saint Expédit




Lorsque j’arrive sur le grand parking au point de départ du chemin qui conduit à la grotte de la Sainte Baume je suis seul. Pas d’autres voitures. Il pleut. Le sol n’arrive plus à absorber l’eau. De grandes flaques bordent les chemins. Le massif montagneux disparait à moitié sous les nuages et la brume. Qu’allons-nous faire ? Irons nous jusqu’à la grotte ?

Les autres participants arrivent peu à peu et finalement Cécile, Nicole et Olivier emportent la décision : on se lance. En fait, la pluie tombe par averses intermittentes et nous ouvrons et refermons les parapluies. Le mien s'est trompé de saison. Fleuri aux couleurs de printemps, il remporte un certain succès et je crois qu’il va atterrir sur Facebook. Nicole n’est pas mal non plus emmitouflée sous 15 couches de pulls et un bonnet péruvien.

Au fur et à mesure que nous montons la brume se fait plus épaisse. Et je vois que ces paysages noyés dans la brume sont toujours en accord avec la sensibilité chinoise. Plusieurs de nos amis me disent aimer ces paysages qui leur rappellent leur pays, leurs peintures. La végétation est bien sûr moins luxuriante qu’au printemps. C’est une végétation d’hiver mais qui a son charme. Les feuilles jonchent le sol. Quelques boules rouges ornent les branches de houx et Olivier nous fait remarquer sur des bûches des champignons que l’on appelle en chinois mu er (oreille du bois). Le nom est bien trouvé. Nous arrivons à hauteur de la source de Nans qui sort cette année avec une vigueur particulière. Parfois la pluie tombe avec plus de force, occasion de faire des photos insolites. Un peu essoufflés nous arrivons aux escaliers qui mènent à la grotte, décidément on se croirait en Chine. Mais ce n’est pas fini. Nous sommes accueillis par un caractère chinois qui nous invite au silence. Des esprits mal tournés disent qu’il fut écrit après le passage d’un groupe Chinafi. Nous voici sur l’esplanade. Nous allons vite au refuge pour « marquer » notre territoire, c'est-à-dire déposer quelques sacs pour retenir nos tables. Nous ressortons et rencontrons un très sympathique Père dominicain originaire d’Haïti qui vient tout juste d’arriver en France. Evidemment c’est pour lui un choc culturel et …thermique. Il y a sept Pères à la Sainte Baume. Un est de permanence à la grotte les six autres sont dans le lieu de culte qui se trouve près de l’hostellerie. Je pénètre une nouvelle fois dans la grotte que je connais bien mais dont on ne se lasse pas. J’admire les vitraux, les statues de Sainte Marie-Madeleine et une petite crèche, ma foi, fort jolie.

Le Père nous a ouvert la petite boutique qui se trouve près du refuge. Claude me montre une médaille de Saint Expedit et me raconte son histoire. C’est le patron de la jeunesse et des causes perdues. Je trouve le rapprochement un peu curieux. Mais "patron des causes perdues" c’est assez extraordinaire. Il doit avoir de quoi faire et je me trouve pris immédiatement d’une sympathie pour ce saint. Le saint patron de notre chorale ???

Nous pénétrons dans le refuge pour déjeuner. Xiaojing ouvre sa première bouteille de vin et sautent les bouchons. Il faut bien ça pour nous réchauffer. Jean-Mi nous montre que de la buée sort de nos bouches. Heureusement c’est un amoncellement de victuailles. Je remarque que les Chinois aiment bien les crêpes car ce plat nous est proposé plusieurs fois, Olivier fait circuler sa délicieuse pâte de coing et comme d’hab. Nous mélangeons allègrement le sucré et le salé. Bien sûr, il ne peut pas y avoir de sorties Chinafi sans chansons. Nous enchaînons les morceaux et, période l’année oblige, nous chantons des chants de Noël. Olivier sort un flageolet et joue un morceau d’inspiration irlandaise. Nicole entraîne quelques une de nos amies dans une danse endiablée. Quelle ambiance ! J’ai souvent remarqué que l’ambiance à l’intérieur était d’autant plus chaleureuse qu’il faisait mauvais à l’extérieur.

Mais l’heure tourne. La météo a annoncé un renforcement de la pluie vers 15h00. Il nous faut repartir. La brume est encore plus épaisse et nous n'apercevons plus le haut de la falaise qui surplombe l'esplanade. Michel monte sur un banc pour nous parler de Marie-Madeleine. J’aime bien l’histoire de cette sainte, ancienne prostituée, qui montre une certaine ouverture d’esprit dans les textes fondateurs du christianisme.

Nous sommes montés par le chemin des rois. Nous redescendons par le chemin du canapé qui, comme son nom ne l’indique pas, n’est pas de tout repos. N'ayant pas oser user des commodités du bon Père, je cherche un endroit un peu discret. Mais j’entends soudain la voix de stentor de Michel qui crie « niao, niao » accompagnée de nombreux rires. C’est râpé pour la discrétion !

Nous faisons quelques pas avec un jeune dominicain en soutane et sandales. Nous lui expliquons le fonctionnement de Chinafi. Il trouve ça très bien.

Voici une main qui sort d’un arbre. C’est la main de Nicole, puis celle de Marie-Claude. La pluie se renforce. La météo ne s’était pas trompée. Heureusement nous arrivons aux voitures.

A mardi les amis pour une super chorale. Nous chanterons Noël.
Jean-Louis.

5 commentaires:

Françoise a dit…

Bravo! J'admire votre courage car la météo n'était pas engageante. Les paysages de brume sont superbes.
Jean-Louis, je crois que tu as gagné le concours du plus beau parapluie!
A mardi pour ceux qui viennent chanter.

Nicole a dit…

Oui nous avons passé une bonne journée comme le raconte si bien Jean Louis
Heureusement il n'a pas diffusé le diaporama sans un texte comme il sait si bien les rédiger
on a eu droit à un compte rendu très sympathique qui est notre mémoire
@ demain à la chorale

Anonyme a dit…

Merci Jean-Louis pour ce récit trés imagé de notre ballade si bien arrosée.
Je pense que le patron des causes perdues doit intervenir au pkus vite , non pas pour notre chorale dont on peut dire qu'elle a une vraie marge de progression , mais plutôt pour certains (2) de ses choristes (qui se reconnaîtrons s'ils prennent connaissance de ce message)....Profitons de cette période des fêtes de fin d'année riche en miracles pour prier ce St Expedi patron également de la jeunesse, qui aidera peut-être nos 2 amis sub cités à sortir de la (petite) enfance ............

marie-claude monteillet a dit…

le commentaire précédent est écrit par Marie-Claude M

Jean-Louis a dit…

Chère Marie-Claude,
Merci pour ce commentaire.
Nous avions reconnu ton humour !
Bon bout d'an,
Jean-Louis