samedi 14 juin 2008

Parures d’argent des Miao

voici un nouvel article de Françoise Grenot Wang pour le blog de chinafi.
un grand merci à Françoise !
Gwénaelle







Dans le village de Xiajiang au sud-est du Guizhou, le forgeron prépare ses dernières commandes pour la fête du lendemain. Sa petite maison de bois, qui lui sert aussi de boutique, est encombrée de nombreux outils : marteaux, pinces de toutes tailles et toutes formes, chaudrons, soufflets, moules, etc. Son atelier est sombre. Il allume le foyer, actionne le soufflet et le métal rougit. Il le frappe alors pour lui donner la forme requise, puis il « lave l’argent » dans un chaudron rempli d’eau mélangée à du vitriol, le bijou devient alors éclatant comme s’il était neuf. « Le métal généralement utilisé comporte 70% d’argent, dit-il, mais la proportion d’argent peut varier selon ce que la clientèle peut s’offrir, dit-il sans livrer son secret de fabrication. Certains forgerons ne gagnent pas assez d’argent en faisant des parures d’argent car leurs clients sont trop pauvres et ils remplacent l’argent par du cuivre blanc.

Le pouvoir magique des bijoux d’argent

Lorsqu’on découvre les Miao à l’occasion d’une fête, on a l’impression qu’ils sont le peuple le plus heureux du monde. Mais lorsqu’on pénètre plus profondément leur vie quotidienne, on peut voir le labeur dans les rizières, la corvée de bois et d’eau, et sur leur table, la soupe acide et les légumes sans viande. La différence entre les jours de fête et la vie quotidienne est frappante. Même si les Miao sont généralement pauvres, l’achat de bijoux en argent est une dépense indispensable car les parures d’argent ont un pouvoir magique contre les maladies et les calamités. Lorsque les Miao trouvent une source dans la montagne, ils plongent un bracelet d’argent dans l’eau pour chasser les calamités et ensuite ils peuvent boire son eau. Autrefois, les Miao mettaient dans les tombes des fragments d’argent pour que l’esprit du mort ne rencontre pas d’esprits malins.

Les différentes sortes de parures d’argent

Les couronnes d’argent ne se portent que pour les grandes festivités. Elles sont parfois surmontées de cornes de buffle en argent qui sont sacrées, car le buffle, objet de sacrifice aux ancêtres, est un animal sacré pour les Miao. Les épingles à cheveux et les peignes permettent de fixer le chignon. Des bandeaux d’argent ciselé portent le motif de guerriers sur leur monture en souvenir de la résistance des ancêtres et des migrations forcées de leur histoire. Les boucles d’oreille sont une parure essentielle des femmes Miao. A l’âge de 1 an, on perce les oreilles des filles à l’aide d’une aiguille et d’un fil de soie rouge. De 6 à 14 ans, le fil de soie rouge est remplacé par une tige de paille de riz dont on ajoute un brin chaque année pour agrandir progressivement le trou de l’oreille. Les bonnets de bébé sont décorés par des clochettes, des lions, des poissons et une rangée de divinités qui protègent le bébé pour qu’il grandisse sans problème. Les colliers sont des torques ou des chaînes composés parfois de plusieurs anneaux assemblés du plus grand au plus petit. Les touts petits enfants portent un bracelet à la cheville qui a été chargé par le chamane d’une force protectrice au cours d’une cérémonie. Certaines femmes Miao peuvent porter huit à neuf bracelets.

Une société sans classes sociales
Les parures de vêtements et de tête sont portées par les jeunes filles non mariées au moment des fêtes, sorte de rite de passage qui fait qu’elles sont en âge de se marier. Les Miao ont tous le droit de porter les mêmes parures quel que soit leur rang social. Cette absence de distinction vestimentaire de rang social reflète les caractéristiques de la société traditionnelle des Miao qui relève de la communauté égalitaire sans classes sociales.

Françoise Grenot-Wang
Fondatrice de l’association Couleurs de Chine (www.couleursdechine.org)
Blog : www.fangfang.over-blog.com Site internet : www.paysmiao.fr

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Article complet et très intéressant.Permet de mieux appréhender ces coutumes vestimentaires très colorées et parfois très chargées,mais toujours attrayantes.

marie-claude a dit…

bon voyage à jean louis qui va bientôt rejoindre les MIAO pour un court séjour.

le blog de chinafi a dit…

A mon tour, je te souhaite un bon voyage et un super séjour. A bientôt pour te lire sur le blog.
Françoise