jeudi 5 juin 2008

La mosaïque des costumes Miao

L'article et les photos qui suivent ont été proposés au blog de Chinafi par Françoise Grenot-Wang, fondatrice de l'Association Couleurs de Chine.
C'est avec un grand intérêt que les membres de Chinafi avaient déjà pu connaître le peuple Miao grâce à la conférence qu'elle avait donné à Marseille, aujourd'hui voici un nouvel éclairage qui, je n'en doute pas, va susciter tout autant de plaisir.
Gwénaëlle



Les Miao n’ayant pas d’écriture, ou tout au moins n’ayant jamais eu une écriture unifiée, il existe très peu de documents retraçant l’histoire et la vie quotidienne des anciens Miao. Mais les costumes Miao, de par leur grande diversité et leur aspect coloré et spectaculaire, ont attiré depuis longtemps l’attention des chroniqueurs chinois et sont mentionnés dans un certain nombre de livres d’histoire ou de géographie anciens. La première mention sur les costumes Miao remonte à la dynastie des Han au début de notre ère. Selon le Livre des Han postérieurs, les Miao nouent leurs cheveux en chignon et confectionnent leurs vêtements avec une écorce qu’ils tissent et teignent en couleurs vives à l’aide de plantes. Le Livre des Tang décrit ainsi les Miao : les jeunes garçons piquent des plumes de coq dans leur chignon et les jeunes filles nubiles portent des colliers de coquillages. Des ouvrages d’époque Ming ou Qing décrivent en détail les costumes des différentes branches Miao. Les plus remarquables sont les « Catalogues des Cent Miao », ensemble d’une centaine de peintures sur rouleaux qui constituent la plus riche description des différents costumes Miao de l’époque Qing. Ils décrivent avec minutie la vie quotidienne des Miao des différentes régions, les costumes et les coiffures étant reproduits avec une grande qualité artistique. Les commentaires sur ces peintures donnent ce type de description :
Les Miao « à fleurs » au nord-ouest du Guizhou portent des vêtements bordés de couleurs vives, un chignon entremêlé de fils de laine de couleur fixé sur le haut de la tête par un peigne. La veste est courte à l’avant, longue à l’arrière. Les femmes se font un chignon en ajoutant à leurs cheveux une queue de cheval pour leur donner du volume. Le chignon est fixé avec un peigne en bois. Leur costume est décoré avec des motifs en batik réalisé à l’aide de cire.
Les Miao « bleus » à l’ouest du Guizhou, au Yunnan et sud du Sichuan portent des paniers dans le dos et un couteau à la taille. Les femmes portent un tissu bleu formant une pointe au-dessus de la tête.
Les Miao « blancs » vivent à l’ouest du Guizhou. Les hommes portent un tissu sur la tête, les femmes ont un chignon pointant au-dessus du front. Elles portent des jupes plissées. Au printemps, ils se réunissent sur un tertre au clair de lune pour danser. Les jeunes filles se mettent des fleurs dans les cheveux.
Les Miao « noirs » sont dans le sud-est du Guizhou et le nord du Guangxi. Les hommes sont coiffés d’un chignon, ils portent de larges pantalons, une veste à manche longue recouverte d’un gilet brodé. Hommes et femmes portent des jambières. Ils aiment jouer du lusheng en bambou à l’occasion des fêtes. Pour la chasse au tigre, ils sont vêtus d’une armure en fer. Les femmes portent de grands anneaux aux oreilles et des colliers en argent....
Les Miao « rouges » sont au nord-est du Guizhou. Les hommes sont coiffés d’un chignon sur le haut de la tête et les femmes portent un turban. Les femmes portent des chaussures à bout pointu relevé. Elles font l’élevage des vers à soie et tissent des brocards.
Ces ouvrages d’époque Qing sont un témoignage vivant sur la vie quotidienne des anciens Miao Mais on y trouve aussi de nombreuses expressions méprisantes, ainsi que la différenciation entre les Miao crus (sheng Miao) et les Miao cuits (shu Miao), selon leur degré de sinisation et de soumission à l’empire.
L’époque des Qing (1644-1911) a connu de nombreuses insurrections des Miao, toutes suivies de terribles massacres de ces populations par les armées envoyées par l’empire pour en venir à bout. La pacification des Miao du Guizhou a coûté plus cher à l’empire que la conquête du Xinjiang, territoire six fois plus grand que la France.
L’invasion massive de leurs territoires par de nombreux Han au XIXe siècle les a obligés à se réfugier dans les montagnes où la vie est difficile et les terres cultivables rares. Jusqu’au milieu du XXe siècle, les territoires des Miao sont restés isolés du reste du monde. Aujourd’hui encore, leur fort attachement à leur identité et leur culture fait d’eux une des minorités ethniques les moins sinisées, qui a su le mieux conserver son mode de vie traditionnel.

Françoise Grenot-Wang
fondatrice de l’association Couleurs de Chine www.couleursdechine.org ,
auteur des livres :
- Chine du Sud : la Mosaïque des Minorités (éd. Indes Savantes, réed. 2005)
- Au cœur de la Chine : une Française en Pays miao (éd. Albin Mihel, 2007)

Séjour en Pays Miao : Pour tous ceux qui souhaitent vivre quelques jours dans l’intimité des populations Miao, Yao et Dong, qui aiment marcher en pleine nature à travers les rizières en terrasses, qui cherchent à fuir les lieux touristiques et aiment l’authenticité, contactez Françoise Grenot-Wang, agence Pays Miao :
email : francoise.grenotwang@free.fr
Blog : www.fangfang.over-blog.com
Site internet : www.paysmiao.fr

5 commentaires:

Nicole a dit…

chère Gwenaëlle,
je me suis rendu sur les 2 sites proposés, j'ai pu prendre connaissance des visites proposées, l'immersion dans des villages authentiques donnent vraiment envie !!!
15 jours au milieu des rizieres ça fait rêver !!!

Nicole

Gwen a dit…

oui ça fait rêver ! et c'est aussi l'occasion de rencontrer sa filleule si on parraine une petite fille via l'association. :-)

Jean-Louis a dit…

Merci Gwenaëlle pour cet article.
Aller dans ces villages et rencontrer les Miao est effectivement une belle expérience.
Jean-Louis

baixue a dit…

Je viens d'ajouter 3 nouvelles photos qui m'ont été transmises par Françoise Grenot-Wang.
Elles représentent les 3 grandes branches Miao : 1) Hmu, 2) Hmong, 3) Qoxiong

Baixue

tchiktchak a dit…

une grande expo leur est consacrée pour le moment en Belgique
http://www.europalia.lesdrapiers.be
Si cela vous dit...